N°188

septembre 2017
Télécharger Feuilleter Archives
 
X
Inscription à la lettre d'info :

  • Quoi ?
  • Quand ?
    Date début

    Date fin
    ok
  • Où ?
     ok
    et à 20 km autour ok
  • Qui ?
Recherche cartographique

Joris Munier
Illustrateur du mois

Accueil > Le magazine > Edito Retour

Septembre 2017 : La force artomique

1er septembre 2017


Il y a un an, au cours d’une conférence TedX, je disais que l’art et la culture développent les facultés de compréhension, d’autonomie de l’individu, ouvrent les yeux... Je mettais en valeur les bienfaits de ces pratiques pour l’individu et la société. Mais il ne faut pas oublier le côté obscur de la Force. L’art est une telle force qu’il peut aussi se retourner contre l’humanité, quand il est manipulé par des personnes malsaines, comme l’atome qui peut aussi bien soigner un cancer que détruire une ville. L’art est une façon subtile d’agencer des mots, des couleurs, des sons, qui exprime des sensations et des sentiments qui vont bien au-delà de leur prosaïsme. L’art va donc emmener son « spectateur » dans des contrées insoupçonnées, certaines pouvant être des marécages insalubres. Certaines formes d’art peuvent servir à décerveler une population pour la mener à des actes néfastes, par exemple des achats compulsifs et stupides, comme on voit dans certaines chaînes de télévision. Ce peut être une littérature nauséabonde produite par des écrivains fascistes. Ce peut être une musique qui fasse marcher au pas un peuple opprimé dans un pays totalitaire, voire lui faire envahir la Pologne. Connaissez-vous l’histoire de la Plegaria ? Ce tango était joué par des musiciens juifs dans les camps de concentration, pour accompagner les déportés vers les chambres à gaz. Pour les Nazis, le tango annihilait tout esprit de rébellion, menait à la résignation, exprimant une pensée triste, la souffrance, le désespoir. Cette musique renforçait l’autorité de l’armée du IIIe Reich et le degré d’obéissance des déportés.
Pour finir, en ce septembre de rentrée littéraire, je vous propose un sujet de méditation avec cette parole d’André Gide « On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments », que Henri Jeanson a complétée par « Ainsi, la Bible, quel chef d’œuvre ! ». Merci de nous envoyer vos réflexions à contact cridelormeau.com.


Patrice Verdure
Jedi de la Culture


Conférence TedX de Patrice Verdure, intitulée La Culture, ça coûte ou ça rapporte ? visible sur www.cridelormeau.com/tedx

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.